mercredi 27 avril 2016

La querelle des bovins. Partie 2

Pour les modalités préliminaires, prière de lire le billet précédent.

Lorsque Prouston, le bœuf blanc dominant aperçut dans le pré mitoyen les bœufs roux, son sang ne fit qu'un tour ! Son long meuglement mêlant colère et souffrance remua tous les tripoux du troupeau.

Si Prouston avait été un humain, on aurait pu comparer son influence à un académicien, un moraliste ou un journaliste du sérail. Devant ses ouailles hébétées, il lança un violent réquisitoire contre ces bovins roux qui venaient brouter l'herbe verte de nos belles prairies morvandelles destinée aux Charolais depuis la création de l'univers. 

- "Rentrez chez vous ! Ne comptez pas sur nous pour assister les pattes croisées à notre grand remplacement !" Éructa t-il en s'adressant au troupeau adverse un peu effrayé par l'accueil.

- "Mais, monsieur Rouston -sa langue ayant fourché malencontreusement- osa un bœuf malingre, il y a bien assez d'herbe pour tout le monde d'autant qu'elle pousse vite." Un bon coup de corne du vétéran  remit vite cet importun malpoli dans le rang.

un fier taureau roux

Et c'est ainsi que naquit la querelle des bovins qui jour après jour s'envenima au point que la situation devint vite invivable. Les deux troupeaux se scindèrent en de multiples clans et sous groupes d'une manière étrangement symétrique. Les partisans de la pureté charolaise se montraient si vindicatifs et si hargneux qu'il firent naître chez les rouquins, un mouvement semblable opposé à tout métissage et mélange avec tout bovin blanc.

Des groupes de vaches se déclarèrent opprimées par la masculinité des bœufs (ce qui fit rire tout le monde) , revendication qui parut fort cocasse aux taureaux parqués dans leur enclos forcés de pratiquer l'acte sexuel sur des leurres en plastique pour récolter leur semence

Des rouquines parlèrent du suprémacisme et des privilèges des bovins blancs qui gardaient pour eux les meilleurs carrés d'herbes. Ces mêmes ruminants blancs se plaignant d'un racialisme roux à leur égard. Les vachettes exigeant même une non mixité entre roux et blancs, entre vachettes et bœufs et même entre vachettes rousses et vachettes blanches.

Une logorrhée insupportable envahit certains esprits : on y parla de spécisme, de luttes des races, d'oppression, d'aliénation, d'appropriation culturelle, d'identité charolaise, de particularisme roux, d'intersectionnalité, de luttes civilisationnelles voire de guerre civile ! 

Pratiquement personne, dans l'anonymat du troupeau ne comprenait le sens de ce jargon mais chacun retenait ce côté clivant et destructeur vis à vis de la communauté voisine.

La situation devenait d'autant plus inextricable que les bipèdes avaient ôté la clôture ! 

Une majorité de bovidés de toutes couleurs vivait toutefois en paix avec une certaine cohésion, sans animosité mais subissait les séquelles de ces luttes de pouvoir de clans auxquelles les bovins n'étaient pas rompus ; ainsi la chienlit s'installa entre les deux troupeaux.

Une mère allaitante rousse et son nourrisson.

La fraternité, de mise au début, s'estompa graduellement et la méfiance s'installa progressivement chez tous les membres de la communauté...

Je remarquai toutefois des situations qui m'intriguèrent particulièrement : je ne doutai pas que nous étions le but ultime de l'univers mais l'attitude de ces petits bipèdes malingres et vicieux -les hommes- me sembla suspecte. 
N'étions nous pas manipulés à des fins inavouables par ces sortes de monstres simiesques ?
Quels étaient leur but ? Ne se servaient-ils pas de ces situations troubles pour assouvir leurs ambitions ? Les gens qui s'occupaient des Limousines et ceux qui se chargeaient des Charolais semblaient rivaux...
N'étions nous pas devenus, au travers de nos vaines querelles, les instruments de leur lutte de pouvoir ?

Le lendemain de ma révélation, on me conduisit dans un camion avec une vingtaine de mes collègues roux et blancs vers un lieu que les petits hommes appelaient "abattoir". Quand je rentrai dans ce bâtiment où flottait une odeur âcre de sang et où des meuglement déchirants assourdissaient mes oreilles, je compris, trop tard, que notre vanité avait conduit notre espèce à se prendre pour la reine du monde alors que nous n'étions simplement que les jouets des ces bipèdes manipulateurs sans foi ni loi.

Vu le bide retentissant du premier épisode, j'ai dû prendre mon courage à deux mains pour publier cette suite particulièrement niaise...
.

37 commentaires:

  1. Re-MEUHHH, MMMEUHHH, MMMMEUHHHH tricolore : à la fin c'est nous con a gagné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rémi pour ta mansuétude et ta présence. Reconnaissance éternelle. 😊

      J'entre donc dans le carré en friches du cimetière des blogueurs laborieux déchus.
      Ma seule consolation étant que je ne serai pas isolé... 😈

      J'aime assez les formules pompeuses. 😂😂😂

      Supprimer
  2. Mais c'est pas mal du tout ce billet, peut-être un ton en dessous du premier mais tout à fait publiable !
    Donc tu as raison de le publier.
    J'attends une suite avec les petits des bovins, tu sais, les orphelins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. 😊

      Les veaux finiront à l'abattoir et leur viande portera l'étiquette "bio".

      Cela dit, j'ai tellement mis de tiroirs et d'allusions dans ce billet que je crains que personne n'ait vraiment compris ce que je tentais de suggérer.
      Ce texte est donc un échec.

      Tout dépend du degré où du parti-pris sous lequel on le lit.

      Avec un (tout petit) peu d'expérience des blogs, je suis toujours surpris de la différence d'interprétation entre ce qu'on veut faire passer et ce que le lecteur perçoit.

      Un bon rédacteur doit-il être celui qui est si clair que lecteurs et auteur sont sur la même longueur d'onde ?

      À bientôt, Estelle. 🙋😚

      Supprimer
  3. Dans la vraie vie, les vaches sont bien mieux que nous, car elles s'en fichent, de vivre entre races différentes.
    Mais c'est vrai, nous sommes pires qu'elles.
    On nous conduit à l'abattoir sans broncher.
    Il faut bien des abattoirs pour que celui qui est dans le pré se sente privilégié.
    Gros bisou, mon Cui-Cui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'il est pénible de se sentir parqué, surveillé, accompagné jusqu'à la fin !

      Et pour quel bénéfice, finalement ?

      C'est mal de ruminer... ;-)

      Supprimer
  4. Bien vu. Bande de boeufs que nous sommes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se fait bien chier pour pas grand chose !

      Quand on est comme moi dans la masse, notre seul bonheur consiste à regarder passer les people en s'extasiant comme les vaches assistent au passage des train ( je plaisante mais pour beaucoup, la vie est un long ennui tranquille)...

      Arffff ! je rumine, je rumine...

      Supprimer
  5. Ces boeufs ressemblent bigrement à leurs cousins primates.Toujours en bagarre pour le plaisir de prendre le pouvoir. Qui tire les ficelles ? That is the question primordiale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question. C'est en filigrane dans mon texte mais apparemment personne n'a rien vu ! -DDD

      Supprimer
    2. Qui mène les hommes à l'abattoir ?Grave question.
      (signé bab, pas eu le réflexe de changer de compte)

      Supprimer
    3. Question cruciale en effet ! Bien vu, Bab !

      Supprimer
  6. Comme les parasites, l'homme disparaitra non du manque de nourriture mais de la toxicité surabondante de ses déchets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toutes manières nous sommes condamnés à fatalement disparaître, ne serait-ce que parce que le système solaire n'est pas éternel.

      Mais surtout par manque de ressources et catastrophes climatiques inéluctables.

      Et puis c'est tout. ;-)

      Supprimer
    2. En attendant "l'enfer", on peut arriver à quelque chose de plus optimiste dans l'immédiat:
      http://alireailleurs.tumblr.com/post/143053186123/a-saillans-la-politique-se-fait-en-circuit

      Supprimer
  7. Allons,il ne faut pas tomber dans le pessimisme, ce n'est pas le moment. Car ces «humains simiesques » n'ont rien compris au lien, invisible mais éternel,qui unit les êtres vivants , quelle que soit leur espèce. Et surtout, ils ont un énorme handicap: ils se croient supérieurs et tout puissants , et ils prennent même leurs congénéres...pour des bœufs! Oubliant que, s'ils existent, ce n'est que grâce à ces «boeufs» ,... qui ont internet et qui se prennent par la patte , grâce à des gens comme vous.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Fifi, ☺

      Je suis d'accord avec toi mais ce texte est avant tout une tentative de parabole sur les problèmes actuels entre braves gens d'origines diverses et certains fouteurs de merde identitaires qui cherchent à briser un certain consensus.
      À bientôt !
      😘

      Supprimer
  8. Quand un bœuf s'y osa de singer une tête d'œuf
    Soudain il s'envola dans la bulle calcaire
    Il monta aux nuages à la chaleur solaire
    Mais la bulle brisa : sur le toît gît un bœuf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waouuuu ! Quel duo ! Quels talents !

      Merci à toi pour cette découverte.
      .

      Supprimer
  9. Si j'ai compris ce post trop confus pour moi les vaches sont les français qui se déchirent soutenus par les manipulations suite á l'affrontement entre puissances aux intérêts divergents ?
    M le Maudit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fus con plus que confus.

      Vous avez compris un tiers de ce que j'ai été incapable de décrire. 😂😂😂
      J'essaierai de faire mieux la prochaine fois ! 😈😨
      Merci d'avoir commenté.
      .

      Supprimer
    2. Cuicui, tu es plus "clair" que La Boétie.:-)

      Supprimer
    3. Merci Robert. Tu es bien trop charitable ! ;) ;-)

      Supprimer
  10. Je decouvre ce blogue affiché politique. Le plus bizarre que j'ai jamais lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais. Vous auriez au moins pu signer de vos initiales.

      Blog politique ? J'en viens moi-même à me poser la question...

      Politique sûrement, militant peut-être, politicien pas du tout.
      À la revoyure camarade ! -D
      .

      Supprimer
  11. Vive la révolte ! Et, dommage, un des meilleurs porteurs de celle-ci vient de nous quitter. Salut Maurice. A bientôt !

    RépondreSupprimer
  12. Si je comprends bien, il s'agit là d'une querelle entre les bovins et les badernes, soit d'une haute lutte digne de Nicolas Boileau...

    Au rade de son choix, il peine à se poser,
    Le Cuicui éloquent sortant de la nuée.
    Quand au bar encombré il s'en veut approcher,
    Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

    RépondreSupprimer
  13. c'est beau comme une histoire naturaliste :) ... ou naturelle, je ne sais plus :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou naturiste... Tous mes acteurs et actrices sont à poil.
      😃😃😃

      Supprimer
  14. "Enfants de l'ignorance qui ont fait en tout temps le malheur des races bovines." Babeuf, un beau vain révolutionnaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Houla !
      Je me sens intellectuellement dépassé là. ;)
      .

      Supprimer
    2. Et à la fin de son histoire, Prouston aurait pu chanter le tube de Rutebeuf/Ferré: "Que sont mes amis devenus..." (Complainte)

      Supprimer
    3. En attendant, je me complais dans une stérilité douloureuse...
      Ça m'évite de dire des conneries, remarque ! ;-)

      Supprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.