mardi 21 juin 2016

La France généreuse ou l'éloge du petit remplacement.


Chères gueuses, amis gueux,

Je viens de lire un article du Figaro qui m'a enthousiasmé et que je tiens à développer avec cette rigueur morale - ma marque de fabrique - qui vous attire toutes et tous dès qu'un billet forcément transcendant est couché sur ce blog.


"Boudé en France, le président François Hollande aurait la cote en Europe."

Dans un souci de déontologie bloguesque, j'ai un peu rectifié le titre vu que, selon moi, le conditionnel conviendrait davantage au résultat d'une de ces enquêtes d'opinion vaseuses "Odoxienne" pratiquée sur un échantillon restreint... Mais bon, on va encore dire que je suis arrogant...

Piqué au vif, j'ai balancé un tweet de mauvais goût qui a en fait rire un ou deux (c'est mon taux moyen de popularité sur Twitter).




Puis, brutalement, mon cerveau populiste été enveloppé d'une illumination miraculeuse ! 

Je me suis fendu d'un sourire édenté.

Mais bon sang, que n'y avons-nous pas pensé plus tôt !

Ces politiques de tous bords, minables aux ambitions démesurées inversement proportionnelles à leur imagination ; tous ces gens qui nous dégoûtent au point que chacun aimerait qu'ils soient téléportés sur la planète Krypton, tous ces êtres qui veulent restreindre nos besoins primaires pour atteindre l'objectif de normes comptables improbables (pourquoi 3% de déficit et pas 3,68%, hein ?) et se gaver de luxure en s'imaginant écrire l'Histoire dans un cadre monarchique entourés d'énarques lèche-culs et de flagorneurs encravatés fort carriéristes  ; ces politiques - disais-je - doivent enfin être utiles au pays et non plus à le détruire comme il le font plus ou moins depuis 50 ans !

L'Europe et le monde nous les envient ? Hé bien, offrons les, bordel de balais à chiottes ! Léguons les vite !

Ainsi, je verrais bien Marine le Pen proposée à La Russie, Nicolas Sarkozy cédé à l'Ouzbékistan, Patrick Balkany à la Suisse, Jean-François Copé aux îles Caïmans, le grand dadais de Bruno Le Maire  avec son manche à balai dans le cul faire ses classes dans la garde royale de la reine Élizabeth II , Alain Juppé repartir élever les orignaux au Canada, Marion Maréchal le Pen étaler sa bêtise à Monaco, livrer Manuel Valls pour faire un stage auprès de généraux au Paraguay, offrir Macron au banques du Panama, se débarrasser de Cohn-Bendit aux Seychelles riches en requins, et enfin donner un poste lointain et inutile à François Hollande, fonction à laquelle notre homme excellerait à n'en point douter ! 

Cette liste est bien entendu, extensible selon vos désirs.

En échange, nous pourrions recevoir des réfugiés. Je vous garantis que nous y gagnerions largement au change !

L'écrivain Renaud Camus gémit comme une de ces vieilles pucelles voyant avec effroi déferler un régiment de cosaques, claquemurée dans la tour de son castelet gersois ; craignant ce fameux "grand remplacement" qui risquerait de substituer des populations dites "allogènes" à ce brave, fragile et fantasmé peuple chrétien blanc, comme si la mixité ethnique n'était pas inhérente à la caractéristique immémoriale de notre pays. 

Aussi, en temps que petit blogueur laborieusement révolutionnaire, je propose l'exportation de notre classe politique qui fait envie au monde entier afin que la communauté internationale apprécie à leur juste valeur nos hommes politiques sortis des plus prestigieuses écoles de la République.

Nous appellerions ma nouvelle doctrine : "le petit remplacement."

Pays du monde, ne nous remerciez pas, ce somptueux don du futur premier comité révolutionnaire français sera un cadeau sincère et désintéressé.

Toutefois, il ne sera ni repris, ni échangé !
.
.



26 commentaires:

  1. Excellente idée Cuicui. Qu'ils aillent rejoindre ces fameux "Investisseurs Etrangers" qui soi-disant...fuient la France du Code du travail! Hi, hi, MDR! Enfin, faut dire qu'ils fuient seulement aprés avoir dévaliser quelques richesses sur notre sol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un pamphlet mais combien aimeraient vivre cette hypothèse ? Probablement une énorme majorité. 😉
      Merci.
      .

      Supprimer
  2. « comme si la mixité ethnique n'était pas inhérente à la caractéristique immémoriale de notre pays. »

    En dehors même de l'incohérence syntaxique de ce morceau de phrase, l s'agit là d'une contre-vérité totale, comme n'importe quel étudiant démographe pourrait vous le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Goux,

      J'accepte volontiers votre observation sur cette phrase mais je trouve votre intervention un peu blessante.

      Cependant, puisque nous en sommes à l'échange de compliments, je ne m'appesantirai sur la platitude de vos billets. Chacun aura pu constater que votre blog est une véritable purge.

      Le style est, certes souvent parfait au niveau de la syntaxe mais que dire de l'imagination, du souffle, du rythme, ne parlons pas par pudeur des "envolées" en rase-motte  !

      À ma décharge, je suis loin d'être écrivain professionnel mais permettez moi de rappeler que votre bouquin au titre racoleur (puisqu'il fait référence à Houllebecq, histoire d'attirer à son insu le pigeon distrait) utilise les mêmes ruses malsaines que les sites internet qu'on nomme à juste titre : "putes à clics".
      Ce qui explique peut-être le peu d'intérêt (en étant poli) qu'il a suscité. L'emballage étant trop clinquant pour envelopper un récit banal et bouffi de suffisance, à votre image en quelque sorte...

      Visiblement, votre domaine de compétences littéraires s'arrête aux navrantes "Brigades mondaines". Remercions par ailleurs Gérard de Villiers d'avoir trouvé un emploi de plumitif besogneux à votre mesure. Nous lui serons éternellement reconnaissants.

      Votre pédanterie et la morgue que vous montrez à l'égard d'un humble blogueur qui n'a jamais prétendu avoir de talent particulier prouve votre manque d'élégance.
      Fort avec les faibles et flagorneur auprès des puissants. Vous n'êtes guère glorieux, Goux !

      Vous devriez désormais cesser de péter plus haut que votre cul et vite prendre votre retraite pour nous éviter de supporter votre constante cuistrerie.
      Sans rancune.

      Supprimer
    2. C'est tout de même curieux, ces gens qui viennent sur les blogs des autres pour y lancer leurs petites piques (à côté de la cible en général) et qui ne supportent pas qu'on puissent avoir l'audace de leur rendre la pareille. Il faut vous endurcir un peu, mon gars, ou prendre de la distance, que sais-je ? Ma petite remarque (tout à fait juste sur le fond, d'ailleurs) ne méritait pas que vous y consacriez tant de lignes inutiles – et comme d'habitude indolores.

      Supprimer
    3. Indolores mon œil.

      Pourquoi toujours vouloir jouer au fier á bras ?

      Pourquoi toujours cette éternelle condescendance envers les blogueurs et ce besoin puéril de se pousser du col ?

      Votre attitude mesquine et méprisante montre en fait votre fragilité intellectuelle.

      Un talent supérieur encouragerait les blogueurs concurrents plutôt que les rabaisser....
      Vous êtes trop fragile, mon cher ami.
      .

      Supprimer
    4. Mais nous ne sommes pas "concurrents" ! Ou, si nous le sommes, c'est seulement dans votre esprit : je ne suis, pour ma part, en concurrence avec personne.

      D'autre part, vous avez le droit de juger "mesquin et méprisant" quelqu'un qui relève et contredit ce que vous pouvez dire de faux (la France fait d'un incessant brassage ethnique) ; mais, dans ce cas, vous feriez mieux de fermer les commentaires : vous seriez sûr, ainsi, de n'être jamais repris.

      Pour le reste, si vraiment cela peut vous faire plaisir de croire que je me tords de douleur et me consume de dépit sous vos coups d'épingle, je m'en vais vous l'accorder bien volontiers.

      Supprimer
    5. Oh je ne demande pas tant !

      Je suis démocrate et vous êtes un réactionnaire élitiste partisan d'un régime autoritaire. Voilà notre différence.

      Vous méprisez et tournez en ridicule tous les blogueurs depuis que je vous connais : alors de grâce ne vous plaignez pas de mes réactions !

      Il manque une certaine bienveillance pour faire de vous un blogueur estimable et estimé...

      Mais hélas, je pense qu'il est trop tard pour balayer cette aigreur maladive - comme si vous vouliez toujours être le premier de la classe - afin de la transformer en une indulgence bienséante.

      Supprimer
    6. C'est tout de même curieux, que vous ne sembliez pas du tout entendre ce que je vous dis : je ne me plains absolument de rien, en tout cas pas de vos réactions ; je dis juste qu'elle m'étonnent un peu. D'autre part, je ne tiens pas particulièrement à votre estime, ni à une quelconque indulgence (pour se montrer indulgent, il faut avoir le pouvoir de punir, sinon ce n'est rien).

      Supprimer
  3. Auxi, 21 juin 2016 à 15 h 23

    @ Didier Goux : Avec le nombre de fautes de français que vous commettez régulièrement, vous pouvez vous dispenser de donner des leçons. J'ai été correcteur professionnel pour la presse et l'édition, c'est dire si vous m'êtes une source inépuisable de tranches de rire. Sur le plan de la syntaxe, la phrase que vous citez est parfaitement correcte, et cohérente. N'essayez pas de péter plus haut que votre cul en ayant la prétention, risible venant de vous, de corriger les autres. Laissez cela à ceux qui savent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous fatiguez pas : je sais ce que valent les correcteurs de presse.

      Et il faudrait que vous preniez le temps de nous expliquer comment une mixité peut être inhérente à une caractéristique.

      (Cela dit, vous avez partiellement raison : il s'agit là d'une incohérence portant sur le sens des mots et non syntaxique à proprement parler. De là à trouver cela cohérent…)

      Pour le reste, vous savez fort bien que je commets nettement moins de fautes (ce qui ne veut pas dire aucune, hélas) que 99% des blogueurs, et même des gens en général. Par conséquent, la petite pique que vous lançâtes est allée se perdre très loin de sa cible.

      Supprimer
    2. Merci de me défendre, cher inconnu d'Auxi.
      Ma phrase est peut-être maladroite mais pas au point d'être incompréhensible.
      En tout cas vous avez bien mouché notre impétrant qui, à l'instar de son petit maître à penser, Renaud Camus, niera toujours les évidences.
      La France est un salmigondis de peuplades venues depuis des millénaires. Et puis c'est tout.
      À la revoyure, ami.

      Supprimer
  4. Merci Cuicui de rallonger ta liste, de téléporter ce D.G. aux pays des Immortels Académiciens de Richelieu...
    Nous on préfère Rabelais qui aimait tant bargouiner en chariaba... et ce sont deux mots qu'il employait et conviennent bien pour accueillir nos frères immigrés.

    signé Rém*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour vos frères immigrés, il vous suffira d'enlever le "ba" et il vous restera "charia".

      Supprimer
    2. Je ne vois pas qui pourrait supporter sa suffisance.
      Quant à son talent, dommage qu'il soit si peu reconnu.À moins qu'il n'existe pas : c'est une hypothèse fort plausible.
      Bonne soirée, Rem.
      😉
      Je rédige à partir d'un smartphone...

      Supprimer
  5. Ouch ! J'arrive et réponds illico.

    Merci à tous ceux qui m'ont défendu. Je répondrai commentaire par commentaire.
    .

    RépondreSupprimer
  6. Une phrase me venait à la pensée, "Querelle de mots, querelle de sots", mais il ne siérait pas de l'employer ici, car elle serait inadéquate.

    N'étant pas un maître à échoter (néologisme, certes), je me garderai bien de discourir sur la forme. Sur le fond, bien entendu je ne peux qu'approuver entièrement les assertions de Maître Cuicui : nous sommes tous des descendants de gens de passage, à l'exception peut-être de ceux qui vivent fort près de l'océan : les migrations y ont buté à travers les millénaires. L'exception, ce sont ceux, nos VRAIS ancêtres, qui sont venus via l'isthme de Tanger, avant ou après son percement, et ont longé avec intérêt les rivages du golfe de Gascogne en direction de la future Armorique. Nous sommes des Africains ! Quelque chose me dit que les grottes telles Altamira, Lascaux et d'autres plus anciennes encore, furent artistiquement décorées par des inspirés plus bronzés que le Biturige moyen.

    Nos ancêtres les Ligures
    Avaient la tête très dure
    Quand ils allaient à l'école
    Ils chantaient comme des casseroles.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement mon propos. Babel !

      Mais depuis quand, ce pays situé à une extrémité de l'Europe, aboutissement de tas d'invasions de peuplades diverses et variées, abriterait une ethnie pure et homogène ?
      Les Camusiens me laissent pantois...
      Le métissage montre que les populations des pays ne sont pas des entités ethniques immuables. Que ça plaise ou pas.
      Le reste est chimères.

      Supprimer
    2. Dans "Grammaire des Civilisations" Braudel résume parfaitement en 150 pages cette histoire de brassage des peuples européens (chapitre III). Cet ouvrage était destiné aux élèves de 1ières et terminales, l'E.N. ne l'a jamais mis dans ses programmes car trop "globaliste" pas assez "franchouillard". Braudel ne s'est jamais résolu à découper une Histoire de la France de l'Histoire de l'Europe et du Monde. Dans la préface il écrivait à propos de l'histoire: "...elle ne doit pas se perdre dans le fabrication d'un nationalisme toujours criticable..."

      Supprimer
    3. Braudel dont, par ailleurs, le "testament" en trois volumes s'intitule Identité de la France

      Supprimer
    4. Dans l'introduction de l'Identité de la France, il cite Marc-Bloch: "Il n'y a pas d'histoire de France. Il n'y a qu'une histoire de l'Europe". Ce bouquin est une étude de ces longs cycles historiques qui ont affectés notre territoire pour démontrer que "l'identité" de la France est la diversité, "une constellation de civilisations vivaces".
      "Qui pourrait, en France, parler de « race » ? Les Maghrébins sont de race blanche et notre Midi a sa pinte de sang sarrasin, espagnol, andalou. [...] Tant d'« immigrés », depuis si longtemps, depuis notre Préhistoire jusqu'à l'histoire très récente, ont réussi à faire naufrage sans trop de bruit dans la masse française que l'on pourrait dire, en s'amusant, que tous les Français, si le regard se reporte aux siècles et aux millénaires qui ont précédé notre temps, sont fils d'immigrés. Très diverse, la France ne peut-elle courir le risque de le devenir, biologiquement, davantage encore ?"

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  7. Je rigole (c'est encore Bab, mais je viens d'une autre identification, pluralité oblige), mes grands-parents me disaient que des cousin assez proches étaient probablement (vu des recherches diverses) des descendants de Vikings, du temps où le château-fort de mon village servait à contenir les incursions de nos voisins nordiques - apparemment il ne contenait pas tout, il faut dire qu'à l'époque (VIIe-VIIIe siècles)les préservatifs n'avaient pas encore été inventés ! Au point que les femmes de ma région portaient, un peu plus tard, des coiffes rigides nommées quichenottes (kiss not) pour repousser les assauts des soldats anglais (tiens, encore eux) au temps d'Aliénor et de ses remuants fils (genre Richard Cœur de Lion et Jean Sans Terre).

    Puisqu'on parle de brassages ethniques, on était servis ! Encore oublié-je, ou presque, les Maures de Abd er Rahmane, qui ont eu la si bonne idée de nous laisser leurs chèvres (vu, le Sainte Maure, le Chabichou, le Platane, le....?). Ou encore, un peu plus tôt, les distingués Wisigoths qui furent massacrés par les "fiers" (mais terriblement incultes) Sicambres de Clovis. Nul doute que ces Messieurs, s'ils rencontraient une dame du coin, s'empressaient de lui proposer d'aller à la chasse aux papillons.

    Comme tout finit en chansons sous notre beau ciel, je finirai par une chanson du grand-père d'Aliénor, le premier troubadour. Bien entendu, c'est de la langue d'oc (XIe siècle).

    Voui, en fait de "rare pure", on repassera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (euh.... plutôt "race" pure, purée de nous autres !)

      Supprimer
  8. Comme souvent lors de l'euro de foot le spectacle est dans les tribunes.
    smiley ironique
    LF

    RépondreSupprimer
  9. Dis-donc, Cuicui, j'ai raté ce billet-ci.
    Tu attaques Camus,Renaud de son prénom, ne te serais-tu pas douté que son Mignon allait se ramener, voyons?
    Du coup,j'ai lu une gentille passe d'armes avec notre âme damnée du philosophe auvergnat de l'identitarisme français en danger. Il y a un panneau quand tu arrives dans cette région: Vous quittez la France, vous arrivez en Auvergne.
    Pour laisser le roi des trolls, et revenir à ton propos, tant mieux qu'il soit bâtard syntaxiquement,la pureté de la langue de la France, on s'en tamponne, c'est très juste pour nous mais injuste pour la Suisse, car Balkany se retrouverait illico non pas dans les Champs Elysées mais à Champs Dollon.
    Ailleurs, il y a une justice.

    RépondreSupprimer

Laissez-vous aller à votre inspiration, sans limite ! J'ai le cuir épais, le front étroit et la vue basse...

La seule limite aux débordements : la loi....

ATTENTION ! Autrement, ici, on ne censure personne. Les insulteurs, les aigris, les haineux seront reçus comme il se doit, ils devront toutefois s'attendre à de méchantes répercussions ; un chieur averti en valant deux, place aux commentaires !
L'espace des commentaires de chaque billet sera fermé au bout de 20 jours pour contrer l'affichage sauvage de spams.